• Christine Henseval

Le confinement met le couple sous pression !


C'est ce que nous lisons de plus en plus souvent dans la presse...

Le couple a besoin de respirer, il a besoin d’un territoire bien défini, il a besoin de fluidité dans les jeux de pouvoir qui l’animent, et il est en train de traverser un événement existentiel majeur à l’occasion de cette crise sanitaire.

Le territoire familial s’est fortement restreint avec l’obligation de confinement, et le couple se retrouve dans une fusion forcée qu’il n’était pas préparé à « affronter ». Sans parler des enfants, s’il y en a, qui partagent le même territoire et demandent une attention importante, sans les habituelles aides extérieures.

Quelle perspective pour un couple qui sent que ses limites vont être mises à rude épreuve ?

S’engager à trouver ensemble des solutions au lieu de laisser les conflits naître au sein-même de la relation ! Faire alliance est la voie que propose la thérapie du Couple.

Comment ?

Le premier pas est de reconnaître ensemble que le couple traverse une crise sans précédent, et de décider d’en parler.

C’est essentiel : Décider de faire équipe pour traverser la crise le plus sereinement possible !

Raphaëlle Giacomini-Agostini, psychothérapeute, enseignante de yoga et praticienne en Gestalt thérapie, vous offre ses conseils pour affronter la tempête. Je vous cite quelques-uns des points proposés et en ajoute d’autres :

  1. Discuter et se soutenir mutuellement ! Il s’agit là de renforcer le couple, sa complicité et sa capacité de solidarité.

  2. S’essayer à quelques exercices de communication tels que laisser l’un s’exprimer pendant 5 minutes sans l’interrompre sur un sujet, et puis l’autre s’exprime à son tour sans être interrompu, et compléter par 2 fois 5 minutes chacun si besoin… ou plus…

  3. S’accorder des moments en solo. Le « Nous » du couple risque de prendre beaucoup de place, du fait du confinement. Redonner à chacun des moments de différenciation, pour oxygéner le « Je » !

  4. Le territoire du couple ayant subi un écrasement drastique et forcé, le renégocier s’avèrera essentiel, d’autant plus si l’un, l’autre ou les deux télétravaillent. Qui travaille dans quelle pièce, quel espace reste commun à tout moment de la journée, dans quelle partie de l’habitation l’un ou l’autre peut-il s’isoler si besoin… ?

  5. Se répartir les tâches ménagères. Il s’agit de repenser l’organisation de la vie commune du point de vue des tâches afin d’éviter d’éventuels déséquilibres potentiellement conflictuels.

  6. Yoga et méditation, et pourquoi pas à pratiquer ensemble ?

  7. En fin de journée, faire le point ensemble. Par exemple, échanger sur les situations que le couple a bien gérées, et aussi les point qui ont causé plus de difficultés ou de tension, et réfléchir ensemble à comment les améliorer.

  8. Prendre un peu l’air ! Aller se balader (tout en respectant les consignes de sécurités), seul ou ensemble, selon l’envie. Si la situation devient plus tendue, la balade est un excellent moyen de ne pas faire éclater le conflit violemment. Elle permettra de prendre du recul et de réfléchir à comment se dire les choses le plus sobrement possible.

  9. Faire du sport, toujours dans les limites permises actuellement, et aussi dans les limites préconisées par le monde médical pour ne pas déforcer l’organisme !

  10. Faire des projets ensemble, rêver ensemble l’après confinement ! Pour l’article dans son intégralité, c’est par ici !

Et pour les enfants?

A nouveau, faire équipe est essentiel!

Deux chercheuses de l’UCL ont dressé une liste de conseils pour les parents en risque de crise parce que débordés par la gestion des enfants. L’article est concis et pertinent. Pourquoi ne pas le lire à deux?

Et si le couple sent que ses limites sont atteintes ?

Dans ce cas, une aide extérieure ponctuelle ou suivie est à envisager. Un thérapeute de couple peut aider à distance, par visioconférence, pour aider le couple à sortir de l’impasse.

Dans des situations aiguës et à risque, certains thérapeutes de couple proposeront un travail de visu, moyennant respect d’un cadre sécuritaire strict. Cette option dépend de l’éthique de chaque thérapeute et il reviendra à celui-ci d’apprécier chaque situation et d’en discuter avec le couple.


Christine Henseval - Thérapeute du Couple à Liège

©2019 Les Thérapeutes du Couple